Premier député à être exclu du groupe LREM à l’Assemblée, Sébastien Nadot règle ses comptes avec le gouvernement

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Premier député à être exclu du groupe LREM à l’Assemblée, Sébastien Nadot règle ses comptes avec le gouvernement

Député de la 10circonscription de la Haute-Garonne, Sébastien Nadot vient d’être exclu du groupe LREM à l’Assemblée nationale.

Ostracisé par ses pairs, banni du groupe LREM à l’Assemblée, Sébastien Nadot est le premier paria de la majorité.

Tandis que d’autres avant lui avaient flirté avec la ligne, comme Sonia Krimi, il est le premier à l’avoir franchie en votant contre le budget 2019.

Une audace immédiatement sanctionnée par le bureau du parti majoritaire à l’Assemblée qui a exclu M. Nadot jeudi dernier.

Interrogé par nos confrères de La Dépêche du Midi, l’élu a expliqué qu’il s’attendait à être exclu du groupe à cause de son vote.

« Je m’y attendais à 95 % après mon vote. […] Ce sont les pratiques habituelles et on a raté une occasion de les changer.

C’est dommage parce qu’on avait une occasion de renouer avec le renouveau démocratique. »

Issu du Mouvement des progressistes (MDP), un parti politique fondé par Robert Hue en 2009, M. Nadot s’était rallié à Emmanuel Macron pendant la dernière campagne présidentielle avant d’être investi par En Marche ! aux élections législatives.

Si M. Nadot déplore la façon dont s’est passée son éviction, il confie toutefois n’avoir « jamais participé à la vie du mouvement [LREM] et à ses organes de décision ».

Qualifiant désormais le parti de la majorité présidentielle de« coquille vide idéologique », il ne regrette pas d’avoir voté contre le budget 2019 présenté par le gouvernement.

« Un député de la majorité qui vote en fonction de la plus forte demande des électeurs qu’il représente, ça a de la pertinence. »

« Les ‘gilets jaunes’ disent que personne ne les écoute. Si, les députés les écoutent, mais à Paris ils sont noyés dans la masseNous faisons face à un exécutif très puissant, un gouvernement rigide qui n’est pas à l’écoute. »

Sébastien Nadot assure d’ailleurs avoir reçu le soutien de plusieurs députés de la majorité « qui ne sont pas sur la même ligne que l’exécutif » et qui estiment que « l’on ne s’occupe pas assez des gens qui galèrent ».

Mais l’élu, qui siègera désormais parmi les non-inscrits à l’Assemblée, continue cependant d’accorder sa confiance au chef de l’État.

« Je reste persuadé que le président de la République est encore ce que nous avons de mieux en magasin pour opérer les nécessaires transformations.

Mais le gouvernement doit être recomposé », affirme le parlementaire.

Pour Sébastien Nadot, « le rapport au monde de la province et au milieu populaire n’est pas satisfaisant ».

« Le président du groupe parlementaire a été désigné dans le VIIe arrondissement, le délégué de la République en marche dans le XIVe, le Président de la République est à Paris, tout est à Paris… Il y a un problème de structuration qui crève les yeux », conclut le paria.

La députée qui a enfilé un gilet jaune incitée « à quitter le groupe » LREM à l’Assemblée

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail