Profils des patients, symptômes : que sait-on des cas rares de thromboses liés au vaccin AstraZeneca

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

L'ANSM a reconnu des risques rares de thromboses liées au vaccin avec AstraZeneca.

Ce vendredi 26 mars, l’agence nationale du médicament reconnaissait l’existence d’un risque rare de thrombose lié à l’injection du vaccin AstraZeneca.
Elle évoquait neuf cas préoccupants dans son rapport, dont deux décès.

Si l’agence précise que la balance bénéfice risque était toujours « favorable », elle a reconnu ce vendredi 26 mars l’existence d’un risque « rare » de thrombose atypique.

Dans son rapport, l’ANSM évoque donc neuf cas, qui correspondent à des thromboses atypiques.


L’ANSM précise qu’elle a analysé tous les cas d’effets indésirables liés au vaccin, la plupart n’étant que des symptômes grippaux.

L’ANSM évoque 16 nouveaux cas analysés lors de son suivi hebdomadaire, « pour un total de 29 cas depuis le début de la vaccination ».

Neuf cas, deux décès

L’ANSM rapporte sur ceux-là, neuf cas préoccupants, qui l’ont notamment conduite à établir le lien entre le vaccin et les risques de thrombose atypique.

« Parmi l’ensemble de ces cas, 9 cas de thromboses des grosses veines, atypiques par leur localisation (cérébrale en majorité, mais également digestive), pouvant être associés à une thrombopénie ou à des troubles de coagulation ont été déclarés, dont 2 décès », explique l’ANSM dans son rapport.

« Le caractère très atypique de ces thromboses, leur tableau clinique commun et le délai de survenue homogène conduisent le comité de suivi à confirmer la survenue, très rare, de ce risque thrombotique chez les personnes vaccinées par le vaccin AstraZeneca ».

Quel est le profil des patients ?

Sur les neuf cas de thrombose atypique liée à la vaccination, l’ANSM livre un portrait général des patients, ajoutant que les cas sont tous survenus dans « un délai médian de 8,5 jours après la vaccination ».

Concernant l’âge de ces patients, sept avaient moins de 55 ans et deux plus de 55 ans.

Ils ne présentaient aucun antécédent particulier identifié à ce jour, rapporte l’ANSM, qui précise toutefois que dans trois cas, elle note « une contraception orale associée à un déficit en protéine C/S dans un quatrième ». « Parmi eux, 2 personnes sont décédées », précise l’agence.

Symptômes à surveiller


L’ANSM indique qu’un « groupe d’experts est réuni par l’Agence européenne pour discuter sur le mécanisme d’action, les éventuels facteurs de risque sous-jacents et toute donnée supplémentaire pour expliquer les événements observés ».

Elle préconise aussi de bien surveiller les effets indésirables et à consulter rapidement un médecin en cas de persistance au-delà de trois jours de certains symptômes.

Les voici : « vertiges, maux de tête, troubles visuels, nausées/vomissements, essoufflement, douleurs aiguës dans la poitrine, l’abdomen ou les extrémités ou des écchymoses cutanées (pétéchies) au-delà du site de vaccination ».

Source : midilibre.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail