Quatre djihadistes auraient cherché à profiter du mouvement des gilets jaunes pour commettre un attentat

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

D’après Le Parisien, quatre islamistes sont suspectés d’avoir préparé un attentat pendant la première journée de mobilisation des « gilets jaunes » le 17 novembre. Arrêtés samedi dernier, ils ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

« Ça va saigner le 17 novembre. » C’est ce SMS adressé à sa fiancée par un des terroristes présumés qui aurait amené les forces de l’ordre à interpeller plusieurs suspects à Saint-Étienne le 13 novembre.

Selon Le Parisien, au moins quatre hommes prévoyaient de commettre un attentat pendant le rassemblement national des « gilets jaunes » le samedi 17 novembre.

Trois d’entre eux  respectivement âgés de 23, 25 et 52 ans ont été interpellés le 13 novembre à Saint-Étienne par les forces de l’ordre.

Deux autres individus qui purgeaient une peine de prison ont été extraits de leur cellule pour être placés en garde à vue. Parmi eux, un jeune homme de 25 ans considéré comme le mentor du réseau.

Originaire de la région lyonnaise, il avait déjà été mis en examen pour une affaire de terrorisme il y a un an et demi.

Depuis son incarcération, il communiquait avec ses acolytes à l’aide d’un téléphone portable qu’il avait réussi à faire introduire en prison.

La seconde personne sortie de prison pour être interrogée par les policiers n’a finalement pas été mise en examen à l’issue de sa garde à vue.

Saint-Étienne : trois interpellations après une intervention anti-terroriste dans le quartier de la…

Une grosse opération dans le quartier de la gare de Saint-Etienne a été menée ce mardi 13 novembre par la sous-direction anti-terroriste (SDAT). Plusieurs interpellations ont eu lieu.

D’après Le Parisien, les enquêteurs ont retrouvé une arme de chasse et sept cartouches chez l’un des suspects. Le groupe de terroristes aurait également cherché à se procurer une kalachnikov.

Les membres de la Sous-direction anti-terroriste de Saint-Étienne ont aussi saisi des documents de propagande en faveur de l’État islamique sur une clé USB.

Bien que l’un des prévenus ait affirmé qu’il voulait profiter des manifestations des « gilets jaunes » pour commettre un braquage, les juges anti-terroristes seraient persuadés que le réseau cherchait en réalité à perpétrer un attentat ce jour-là.

Les suspects n’auraient d’ailleurs pas cherché à cacher aux enquêteurs leur soutien à différentes organisations terroristes islamiques.

Au moins l’un d’entre eux projetait visiblement de se rendre au Yémen et le parquet de Paris avait même déjà ouvert une enquête préliminaire pour « des velléités de départ en zone de djihad et l’évocation imprécise d’un projet de passage à l’acte violent » le 31 août.

 

 

 

Source : m.epochtimes.fr

Crédit photo : capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail