Rappel à la loi pour le maire d’Évreux qui avait invité des « gilets jaunes » à bloquer la préfecture

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le maire LR d’Évreux Guy Lefrand a écopé d’un rappel à la loi pour avoir tenu fin novembre des propos, apparemment suivis d’effets, invitant des « gilets jaunes » à bloquer la préfecture de l’Eure, a indiqué mercredi le parquet d’Évreux.

 

« L’enquête ouverte pour des faits de complicité par instigation d’organisation d’une manifestation non autorisée est classée avec un rappel à la loi », a déclaré à l’Agence France Presse (AFP) Dominique Puechmaille, procureur de la République d’Évreux.

 

« J’ai rappelé à M. Lefrand, par courrier, que l’on n’a pas à encourager une manifestation illicite », a-t-elle poursuivi.

Dans une vidéo diffusée sur Facebook, consultée par l’AFP avant son retrait, le maire d’Évreux, venu le 26 novembre sur un rond-point à la rencontre des « gilets jaunes », leur suggérait de bloquer la préfecture ou la police municipale.

View image on Twitter
Il y a des vautours autour des GiletsJaunes, le Maire d’Evreux a appelé à bloquer la Préfecture. Une semaine après, ses collègues au Sénat ont voté, entre autre, le recul de l’âge de la retraite… C’est un cynisme incroyable ! »
View image on Twitter

Ces paroles avaient été « condamnées sans réserve » par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, dont Guy Lefrand était le suppléant en 2007 dans la première circonscription de l’Eure.

« Quand ce type de propos problématique est suivi le lendemain par une manifestation devant la préfecture, on fait le lien », a estimé Mme Puechmaille.

Les faits reprochés pouvaient entraîner une sanction allant du simple rappel à la loi à six mois de prison et 7 500 euros d’amende, selon la magistrate.

Dans un communiqué diffusé mercredi, M. Lefrand a dit regretter d’apprendre « par la presse » ce « simple rappel à la loi ».

« Sans réelle surprise, il n’y a pas d’élément sérieux pour me condamner », a-t-il souligné, affirmant avoir « toujours réfuté toute idée de recours à la violence pour faire entendre une revendication ».

Crédit photo : capture d’écran
Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail