Retraites complémentaires : ce qui va changer au 1er janvier

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

La fusion des retraites complémentaires Agirc et Arrco induit l’instauration d’un système de bonus-malus pour inciter les salariés du privé à partir plus tard à la retraite.

Le sujet concerne les 18 millions d’actifs du secteur privé et les 12 millions de retraités de ce même secteur.

Autant dire que ce n’est pas anecdotique : à compter du 1er janvier, il n’y aura plus la retraite complémentaire des cadres d’un côté et la retraite complémentaire de l’ensemble des salariés de l’autre.

Les deux régimes, Agirc et Arrco, fusionnent. Tout le monde sera donc régi par les mêmes règles en matière d’acquisition de points ou de réversion. Surtout, un système de bonus-malus sur les retraites complémentaires est mis en place pour inciter les salariés du privé à différer leur départ.

Un malus pour ceux qui partent plus tôt… Le malus concerne les personnes nées après le 1er janvier 1957.

Si c’est votre cas et que vous arrivez à l’âge de la retraite avec tous vos trimestres de cotisation en poche, vous devrez travailler une année de plus pour toucher 100% de votre pension de retraite complémentaire.

Il est toujours possible de partir tout de suite, mais dans ce cas là, vous subirez un abattement de 10% qui s’appliquera pendant les trois premières années de votre retraite. Et ce n’est qu’au bout de ces trois années que vous retrouverez le montant normal de votre pension de retraite complémentaire.

Cette nouvelle règle a été décidée en 2015 par le patronat et les syndicats qui gèrent ensemble les régimes de retraite complémentaire pour en garantir la pérennité financière.

Il y aura néanmoins des exceptions pour les retraités modestes.

Ceux qui ne payent pas la CSG ne seront pas concernés par cet abattement temporaire de 10%, tout comme certains travailleurs handicapés et les aidants familiaux.

… un bonus pour ceux qui partent plus tard.

À l’inverse, un bonus a été mis en place si vous choisissez de différer de deux, trois ou quatre ans votre départ en retraite.

Vous aurez alors droit à une majoration de 10, 20 ou 30% de votre pension complémentaire. Mais cette majoration ne sera valable que pour la première année.

 

 

Source : http://va.newsrepublic.net/s/ZMFRRcp

Crédit photo : capture d’écran : http://va.newsrepublic.net/s/ZMFRRcp

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail