Séquestrée pendant trois jours, une mineure échappe à ses proxénètes

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Deux hommes ayant forcé une jeune fille de 16 ans à enchaîner des passes avec des inconnus à Limay (Yvelines) ont été placés en garde à vue après que leur victime est parvenue à fuir.

Une adolescente de 16 ans a réussi à échapper aux deux individus qui la forçaient à se prostituer à Limay (Yvelines), rapportent les médias français.

Selon le site Actu, dans la soirée du 31 mai, la police a reçu un appel d’une jeune fille qui expliquait s’être enfuie d’un appartement où elle était retenue depuis trois jours par deux hommes qui la contraignaient à enchaîner les passes avec des inconnus.

Les proxénètes auraient également abusé de l’adolescente, originaire du sud-ouest. Arrêtés sur place, les deux hommes, âgés de 19 et 33 ans, ont été placés en garde à vue pour «séquestration», «viol» et «proxénétisme aggravé».

La victime placée dans un foyer
D’après les enquêteurs du commissariat de Mantes-la-Jolie, contactés par Le Parisien, la victime a effectué une trentaine de passes dans l’appartement du plus âgé des deux hommes, ce qui leur a permis d’empocher près de 1.000 euros. Les clients étaient recrutés sur un site de rencontre, où la jeune fille affichait 18 ans.

En garde à vue, le plus jeune a reconnu les faits, alors que le plus vieux a tenté de minimiser son implication dans l’affaire. La jeune fille, décrite comme fragile, était placée dans un foyer de Charente, précise le quotidien régional.



La prostitution des mineurs explose en France
Dans son rapport dévoilé fin mai, l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) estime qu’entre 6.000 et 10.000 mineurs sont exploités sexuellement en France, cinq ans après l’adoption de la loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel.

Selon l’OCRTEH, la majorité des mineures victimes de proxénétisme ont en moyenne 16 ans. Le recrutement est essentiellement réalisé par les réseaux sociaux, comme Snapchat ou Instagram. L’exploitation sexuelle d’une mineure peut rapporter jusqu’à 1.000 euros par jour.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail