Touchée par la détresse d’un jeune SDF et sa chienne, une étudiante au grand cœur leur vient en aide…..

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une étudiante gamachoise a décidé de venir en aide à un sans-abri de 24 ans en ouvrant une cagnotte Leetchi et en relayant son initiative sur les réseaux sociaux afin de faire connaître la situation du jeune homme.

Le jeudi 10 décembre, Manon Hagnerelle, une étudiante domiciliée à Gamaches (Somme), croise un jeune homme en train de faire la manche devant l’entrée du magasin Intermarché de Friville-Escarbotin (Somme) avec sa chienne, baptisée Lilou.

Âgé de 24 ans, Thomas s’est établi à Friville-Escarbotin il y a environ 2 mois, un ami lui ayant proposé de lui offrir un toit.

Touchée par la situation du jeune homme, Manon Hagnerelle décide d’acheter quelques victuailles pour lui et son animal de compagnie. Elle discute avec lui et apprend qu’il vit entre la rue et les squats depuis six ans, parvenant parfois à être hébergé chez des amis.

Elle décide alors de prendre son numéro de téléphone afin de garder contact avec le jeune homme.

« Ensuite, je suis allé le voir régulièrement sur place ou on a discuté par SMS. J’en ai appris de plus en plus sur son parcours », a expliqué Manon Hagnerelle à nos confrères de L’Éclaireur du Vimeu.

« J’ai l’âge qu’il avait lorsqu’il s’est retrouvé SDF.

Et je trouve que ce n’est pas normal, en 2020, de trouver des gens dans la rue », ajoute-t-elle.

Bouleversée par les épreuves auxquelles Thomas Hequet est confronté, la jeune Gamachoise lance une cagnotte en ligne afin de récolter des fonds pour lui venir en aide et publie un message sur son compte Facebook pour relayer son initiative et recueillir des dons.





Le jeune homme – qui est trop jeune pour toucher le RSA – compte utiliser l’argent récolté via la cagnotte Leetchi pour financer son permis de conduire.

Titulaire d’un bac électrotechnique et d’un titre professionnel de cariste, il souligne en effet que l’absence de permis constitue un frein important dans le cadre de ses recherches d’emploi.

« Il ne me manque pas grand-chose pour repartir. Je n’ai pas forcément de problèmes de compétences », observe Thomas Hequet.

Le jeune homme peut également compter sur le soutien de la mairie de la commune, qui l’assiste dans ses démarches administratives via le Centre communal d’action sociale (CCAS).

La municipalité l’a notamment aidé à s’inscrire à la mission locale et à prendre contact avec Pôle Emploi.

Le maire de Friville-Escarbotin indique que la prochaine étape consiste désormais à lui fournir un logement pérenne.

« J’ai l’impression que le vent est en train de tourner. J’ai encore des rêves et je compte bien les réaliser », conclut Thomas Hequet.



Source : theepochtimes
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail