Un ancien codétenu de Nordahl Lelandais livre un témoignage accablant, les magistrats perplexes

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Un ancien codétenu de Nordahl Lelandais a livré jeudi un témoignage accablant pour Nordahl Lelandais au quatrième jour de son procès pour le meurtre d’Arthur Noyer, mais la variation de ses déclarations ont fait douter les magistrats

Selon ce témoin, convoqué à la barre des assises de Chambéry par un mandat d’amener, Nordahl Lelandais lui a confié en 2018 avoir frappé la victime avec une pierre après s’être vu refuser une faveur sexuelle.

Un témoignage potentiellement embarrassant pour l’accusé qui soutient depuis ses aveux de 2018 que le caporal Noyer a déclenché la bagarre ayant précédé son décès au cours de la nuit du 11 au 12 avril 2017.

Une faveur sexuelle refusée
« On est sorti en promenade, il s’est lâché: il a pris Arthur Noyer en stop, Nordahl Lelandais a demandé une fellation à Arthur Noyer qui a refusé. Il est sorti de la voiture pour pisser, Nordahl Lelandais est venu par l’arrière pour le frapper avec une pierre », a affirmé l’ancien détenu, voisin de cellule d’isolement de l’accusé à la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère).


Ce témoin – de son propre aveu en difficulté avec la justice – s’était déjà confié à des responsables de détention en juillet 2018, puis à un juge d’instruction, mais il n’avait pas fait état de cette faveur sexuelle refusée à tous ses interlocuteurs durant l’enquête.

Un témoignage remis en cause
Le président de la cour d’assises lui rappelle qu’il avait notamment parlé à un juge d’instruction d’une simple « dispute ». « Vous comprenez qu’on se pose des questions sur la crédibilité de ce que vous dites? », interroge-t-il, évoquant « un certain nombre de choses racontées dans les journaux », notamment autour des penchants homosexuels de l’accusé.

« Je ne suis pas ce qu’il y a dans les journaux », répond le témoin. « A minima ça circule dans la prison », rétorque le président.

La procureure générale affirme que « ce n’est pas un témoignage sur lequel l’accusation se fondera ».

Lelandais campe sur ses positions
Comme dans l’affaire Maëlys, l’accusé récuse toute intention de tuer Arthur Noyer. Depuis le début de son procès, malgré l’insistance des parties civiles et de certains proches appelés à la barre, Nordahl Lelandais campe sur la version donnée aux enquêteurs durant l’enquête et la reconstitution.

Pour lui il s’agit d’une bagarre déclenchée par Arthur Noyer pour un motif futile de vol de téléphone portable sur un parking de la banlieue de Chambéry, suivi d’une chute en arrière fatale au jeune caporal.


Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail