Un chauffeur de bus se bat avec un usager après des injures et écope de 8 jours de mise à pied….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

À la suite de la violente bagarre ayant opposé un chauffeur de bus de la ligne C15 à un usager, la société Keolis, qui exploite la ligne, avait ouvert une procédure disciplinaire à l’encontre de son employé.



Le lundi 30 novembre, une violente altercation avait éclaté à la station Laurent Bonnevay entre un chauffeur de bus des Transports en commun lyonnais (TCL) de la ligne C15 et un jeune usager.

Une vidéo de la scène prise par un témoin montrait le conducteur et le passager échanger des injures avant d’en venir aux mains à l’extérieur du véhicule, malgré les tentatives de plusieurs voyageurs pour les calmer.

Le passager impliqué dans la rixe avait fini par prendre la fuite tandis que des usagers retenaient le chauffeur du bus.

Ce dernier avait eu le nez cassé, rapportent nos confrères du Progrès.

La société Keolis, qui exploite la ligne, avait ouvert une procédure disciplinaire à l’encontre de son employé.

Le chauffeur a finalement été mis à pied pendant 8 jours.

D’après Keolis, il s’agit de la « sanction la plus lourde » qui pouvait lui être infligée en dehors d’un licenciement.



« C’est le comportement de l’individu qui a fait sortir le conducteur de ses gonds »

La compagnie affirme avoir considéré les antécédents de son employé au moment de prendre une décision à son sujet.

« Il a dix ans d’ancienneté et un dossier disciplinaire qui n’a jamais fait état de ce type d’incidents », souligne Keolis dans les colonnes du Progrès.

Soutenu par la CGT pendant son conseil disciplinaire, le conducteur a pu reprendre son poste le lundi 21 décembre.

« La CGT se félicite que le salarié reste dans l’entreprise.

La direction a su faire preuve de discernement sur le dossier, qui était difficile au vu de sa médiatisation.

Elle a su entendre nos arguments et ceux du salarié », souligne Riad Marzouki, secrétaire adjoint CGT des TCL.



Image

« C’est le comportement de l’individu qui a fait sortir le conducteur de ses gonds, c’est-à-dire l’impolitesse et la provocation », ajoute-t-il.

Selon M. Marzouki, le conducteur de bus « s’est remis en question » et souhaite désormais « tourner la page et retrouver sa vie normale ».

En cas d’incidents avec un usager, les chauffeurs ne sont pas censés agir eux-mêmes, mais doivent émettre un appel de détresse afin de déclencher l’intervention des équipes de sécurité de l’exploitant ou des forces de l’ordre.



Source : theepochtimes
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail