Un éléphant forcé de boire de alcool par ses propriétaires pour le garder sous contrôle est maintenant libre

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

(Avec l'aimable autorisation de Wildlife SOS)

Un éléphant qui était autrefois forcé de boire de l’alcool par ses propriétaires pour la garder « sous contrôle » a été sauvé par une association internationale de protection des animaux.

Parée de lourds ornements, Emma, un éléphant indien de 40 ans, a été forcée de marcher plus de 480km alors qu’il était en mauvaise santé.

L’éléphant était utilisé par son propriétaire pour des activités lucratives allant de la mendicité aux processions religieuses, aux cérémonies de mariage et aux promenades touristiques, a déclaré Wildlife SOS India dans un communiqué.

La nuit, Emma était « étroitement attachée », ce qui l’empêchait de s’allonger et de se reposer.


Selon Wildlife SOS, « [Elle] était régulièrement gavée d’alcool brut local pour la forcer à travailler malgré la douleur dans ses jambes »

Après qu’Emma a fait l’objet d’un trafic illégal à travers les frontières de l’État du Jharkhand, dans l’est de l’Inde, le Département des forêts a eu vent de sa situation critique et est intervenu, accusant ses propriétaires de négligence et de violation de la législation sur la faune.

Les propriétaires négligents d’Emma ont affirmé aux fonctionnaires du département des forêts qu’ils ne pouvaient pas se permettre de payer des soins médicaux pour l’éléphant malade.

Les fonctionnaires ont découvert qu’Emma avait un régime alimentaire malsain composé de sucreries et de fritures.

Wildlife SOS a stipulé dans sa déclaration qu’il n’est pas rare que des propriétaires privés gavent les éléphants captifs d’alcool et de tabac comme « remède maison » pour des problèmes de santé.


« En réalité, les éléphants ne peuvent pas métaboliser l’alcool, et il est toxique pour l’animal », a déclaré l’organisation.

« Une telle insensibilité peut également provoquer l’ivresse, ce qui pourrait faire courir l’éléphant à travers une zone bondée, mettant en danger la vie de spectateurs innocents ».

Le département des forêts a décidé de transférer Emma d’urgence à l’hôpital pour éléphants de Wildlife SOS en raison de la détérioration de sa santé.

Après avoir obtenu l’autorisation écrite des chefs des services de protection de la faune des États du Jharkhand et de l’Uttar Pradesh, l’association a prévu de transporter Emma, malade, à son hôpital pour éléphants de Mathura pour qu’elle y reçoive des soins médicaux d’urgence.

Le grand déménagement a eu lieu la veille du Nouvel An 2020.

Une équipe de vétérinaires de Wildlife SOS et d’employés chargés des soins aux éléphants a fait le voyage de 1 600 kilomètres jusqu’à Jharkhand dans une « ambulance pour éléphants » spécialement équipée, avant de faire le voyage de retour avec Emma pendant plusieurs jours.

Kartick Satyanarayan, co-fondateur et directeur général de Wildlife SOS, a déclaré: « Nous devions agir rapidement pour qu’Emma puisse recevoir les soins médicaux dont elle a si désespérément besoin.

Le fait qu’elle ait été gavée d’alcool par son propriétaire montre l’immense cruauté et la négligence dont elle a été victime pendant toutes ces années ».

Wildlife SOS a suivi le parcours d’Emma depuis Jharkhand jusqu’à l’hôpital, et au-delà, dans une série de posts sur son site web.

Après les examens médicaux d’Emma, les vétérinaires ont diagnostiqué une arthrose chronique, un abcès de la hanche, et ont trouvé des fragments tranchants de verre, de métal et de pierre, incrustés dans ses pied blessés.

L’éléphant était immunodéprimé en raison de décennies de malnutrition et avait l’habitude de lever ses membres antérieurs pour « compenser la douleur intense dans ses jambes causée par des années d’abus ».


Les articulations de ses membres antérieurs ont dégénéré en conséquence.

La co-fondatrice et secrétaire de Wildlife SOS, Geeta Seshamani, a déclaré : « Nous sommes soulagés qu’Emma soit arrivée saine et sauve à l’hôpital des éléphants.

Comme son état est assez critique, nos vétérinaires ont déjà commencé son traitement médical ».

 

« Des années de négligence et d’abus ont eu des conséquences néfastes sur sa santé », a déclaré le Dr Ilayaraja, directeur adjoint des services vétérinaires de Wildlife SOS.

Heureusement, Emma n’aura plus jamais à souffrir de telles conditions.

Le 12 janvier 2020, l’équipe de soins d’Emma a publié sur Facebook une mise à jour : « Pastèque, chou-fleur et un peu de citrouille… ce sont quelques unes des choses qu’Emma préfère. »

« Emma a subi des tests à l’hôpital des éléphants avec une patience extrême », ont-ils écrit. « Elle a pris son temps pour s’habituer à son environnement, mais elle est devenue plus calme chaque jour. »

Depuis 1998, Wildlife SOS travaille en partenariat avec le gouvernement et les communautés indigènes pour protéger la faune et la flore sauvages dans toute l’Inde.

Leurs projets de sensibilisation visent à promouvoir la conservation et à lutter contre le braconnage, en aidant également les anciens braconniers à s’assurer des sources de revenus alternatives et durables.

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail