Un étudiant sans-abri a vaincu l’adversité en obtenant un diplôme universitaire, il vise maintenant le doctorat

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Un homme qui était sans-abri lorsqu’il était enfant et qui vivait dans la rue avec ses parents a conjuré le mauvais sort et est maintenant prêt à entrer dans un programme de doctorat à l’automne.

Mich Hamlin, aujourd’hui âgé de 24 ans, vivait avec ses parents et ses deux frères dans les rues du sud de la Californie depuis l’âge de 6 ans.

« Je suppose que j’étais tellement habitué à nos conditions de vie que je n’ai jamais vraiment réalisé que les enfants rentraient chez eux et avaient un lit, une douche et de la nourriture chaude sur la table tous les soirs », a déclaré Mich Hamlin à USC News.



La vie dans la rue n’était pas facile. Ses parents étaient tous deux des drogués qui travaillaient au noir et gaspillaient la majeure partie de leur argent en drogues plutôt qu’en nourriture pour la famille.

La plupart du temps, ils craignaient les autorités, si bien qu’ils passaient la nuit dans des endroits différents. « Dans ma tête, ça a fini par devenir un jeu pour ne pas se faire prendre », a déclaré Mich.

« Notre situation unique en matière de logement consistait à vivre dans les parcs locaux, les voitures, les conteneurs à poubelles, les abris et, quand on avait de la chance, dans un motel pour la nuit », a dit Mich à Epoch Times. « Ne connaissant pas mieux, nous n’étions pas gênés par la façon dont [nous] vivions parce que c’était tout ce que nous connaissions à l’époque. »



Son père avait un vélo qu’ils utilisaient pour transporter leurs affaires jusqu’à la station-service en bas de la rue, où lui et ses frères se lavaient en utilisant le lavabo chaque matin, avant d’être déposés à l’école par leurs parents.

L’école fournissait le petit-déjeuner et le déjeuner à Mich et à ses frères, et ils réintégraient la file à plusieurs reprises pour ramener de la nourriture supplémentaire à la maison.

Le vendredi, leurs professeurs leur offraient du Spam (spécialité américaine de viande hachée en conserve), des barres de céréales, des hot-dogs en boîte, de l’eau et du jus de fruit pour tenir le coup pendant le week-end.

Mais lorsque la mère de Mich s’est présentée à leur école en décembre 2005, un employé de bureau a senti une odeur d’alcool sur elle et a appelé la police.

À cette époque, Mich était en cinquième. Sa mère a été arrêtée, et Mich et ses frères et sœurs ont été placés dans une famille d’accueil.

Les garçons ont continué à espérer que leur père trouverait un moyen d’arranger les choses et que le foyer d’accueil ne durerait qu’un temps.

« Malheureusement, cela ne s’est jamais produit », a déclaré Mich.



Après le décès de leur mère, victime d’une insuffisance hépatique, leur père a disparu et les enfants ont été placés en famille d’accueil de façon permanente.

Mich a pris le décès de sa mère comme motivation à l’école. Il s’est initié à l’athlétisme, ce qui a eu un effet positif sur ses performances en classe.

« J’ai commencé à me concentrer sur l’école. J’ai remarqué que plus je travaillais dur sur la piste, plus la classe devenait facile », a expliqué Mich à l’université. « C’était un exutoire. Cela m’a donné la discipline nécessaire pour rester concentré et atteindre les objectifs. »

Mich a postulé à l’université et a été admis à Cal Poly Pomona, où il s’est spécialisé en kinésiologie.

« L’anatomie était mon cours préféré au lycée. Après une longue discussion avec mon entraîneur, nous avons déterminé que la thérapie physique était la profession que je viserais », a-t-il déclaré.

« Il n’y a rien de plus gratifiant que d’aider quelqu’un d’autre. »

Mich a eu des résultats exceptionnels, obtenant son diplôme avec les honneurs. En moyenne, moins de 3 % des enfants issus de foyers d’accueil obtiennent un diplôme supérieur, selon le National Foster Youth Institute.



Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail