Un Franco-Israélien détourne 11 millions d’euros de chômage partiel en France

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une famille a profité des aides de l’État français pendant la pandémie pour dérober des sommes colossales d’argent public. Les fraudes au chômage partiel ont déjà coûté des centaines de millions d’euros.

Alors que le chômage partiel doit de nouveau être revu à la baisse début juillet, dans le sillage d’une reprise de l’activité économique, plusieurs cas d’arnaques à ce type d’aide font surface. Après le démantèlement d’un réseau dans les Ardennes début février, les forces de l’ordre viennent de mettre la main sur un nouveau gros poisson.

Un Franco-Israélien de 30 ans, sa femme et son père ont en effet été mis en examen, après avoir dérobé 11 millions d’euros d’aides destinées aux entrepreneurs durant la pandémie, rapporte Le Parisien. Le trentenaire est suspecté d’avoir réclamé cet argent en usurpant l’identité de 3.600 entreprises différentes. Les sommes étaient virées sur des dizaines de comptes bancaires, avant d’être expédiées vers l’étranger.

Les forces de l’ordre ont finalement interpellé les trois suspects alors qu’ils tentaient de fuir en Suisse, afin de prendre un vol pour Tel-Aviv. Toutes aides cumulées, la famille a tenté de détourner plus de 40 millions d’euros, précise Le Parisien. Une fouille dans un box a d’ailleurs permis de saisir 1,7 million d’euros en liquide, des montres de luxe et des bijoux.



Cette affaire, durant laquelle les autorités israéliennes ont d’ailleurs prêté main-forte à la France, n’est cependant pas terminée. Les autorités soupçonnent en effet le principal interpellé de ne pas être le concepteur de l’arnaque, mais d’avoir seulement servi de «logisticien de luxe».

Des millions envolés
Emmanuel Macron avait annoncé un «mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel» dès mars 2020, pour soutenir les entreprises confrontées à la crise sanitaire. À peine deux mois plus tard, les soupçons de fraudes massives s’accumulaient, notamment en région Occitanie, forçant les parquets de Toulouse, de Limoges et finalement de Paris à se pencher sur la question.

euros
© PHOTO / PIXABAY / GERALT
La fraude aux aides sociales en France sert en partie à financer le terrorisme, assure une députée
Mi-septembre, le ministère du Travail avait admis l’ampleur du problème, précisant avoir détecté 9.500 suspicions de fraude et estimant que 225 millions d’euros de chômage partiel avaient été détournés. La moitié de cette somme a cependant pu être récupérée, soulignait alors le ministère du Travail à l’AFP.

Depuis, plusieurs cas de fraudes ont encore fait la Une de l’actualité, comme dans le sud-est où la police a mis au jour un circuit de versement et de blanchiment d’aides, en février dernier, via huit sociétés fantômes. Le préjudice avait été estimé à 2,4 millions d’euros. Une partie de l’argent s’était évaporé vers Hong Kong, rapportait alors l’AFP.

Le chômage partiel doit être revu à la baisse à compter du 1er juillet 2021, la plupart des salariés recevant une indemnité de 72% du salaire net, au lieu de 84%. Au printemps 2020, le nombre de personnes concernées par le chômage partiel avait atteint un pic de neuf millions, avant de décroître progressivement. Le chiffre s’était stabilisé autour des 2,5 millions en décembre dernier.




Source
Crédit photo : Capture d’écran

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail