Un grand-père vendait ses dessins dans la rue pour survivre – voilà qu’il a tenu sa première exposition et son talent sera reconnu…..

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Il y a quelque temps, nous avons retracé l’histoire du papi Don Baldemar, 74 ans, originaire du Mexique.

Don Baldemar est un vieil homme vivant dans la rue, il dessine et essaie ensuite de vendre ses œuvres afin de gagner de l’argent pour survivre.

poster
Il y a quelques mois, une jeune femme a fait sa connaissance et son histoire l’a tellement émue qu’elle l’a partagée sur les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux ont exercé leur magie, les gens y ont adhéré et actuellement l’histoire de Don Baldemar se poursuit …

Don Baldemar est l’un des nombreux sans-abri de ce monde qui lutte quotidiennement. Il passe la plupart de son temps devant le Cinéapolis Diana, et avec son gain il s’achète de la nourriture.

Il y a quelque temps, une jeune femme a fait la connaissance du vieil homme. Elle a été très touchée par la tendresse du grand-père et a compris son combat quotidien.

La renommée
Afin de l’aider, elle a partagé son histoire sur les réseaux sociaux.

L’article que la jeune femme a écrit sur Twitter disait ceci:

« Mes amis, aujourd’hui j’ai connu Don Baldemar, un dessinateur de 74 ans qui vend ses dessins pour survivre. Vous pouvez le soutenir en lui achetant un dessin ou en lui apportant quelque chose à manger, il vous en sera très reconnaissant. Il se trouve devant le Cinépolis Diana, sur la réforme du CdMX ».



 



De nombreux dons
L’histoire a atteint le cœur de nombreuses personnes et s’est répandue. En quelques jours, elle est devenue virale et ils ont ouvert un compte Instagram pour Don Baldemar où l’on peut voir quelques-uns de ses dessins.

De nombreuses personnes ont ensuite fait des dons à Grand-père. Il y en avait tellement que Don Baldemar ne savait pas où les mettre.

 

 

Ils ont également fait des dons en espèces. La jeune femme qui a partagé son histoire sur Twitter a promis de lui remettre l’argent chaque semaine, afin de ne pas le mettre en danger, car il vit dans la rue.

On parle souvent de la toxicité et de la nocivité des réseaux sociaux. Mais il y a aussi de tellles histoires, où la force et la magie des réseaux sont sans égal.

 

Sa première exposition
Don Baldemar a reçu tellement d’aide qu’il a même pu séjourner dans un hôtel, a ouvert un compte bancaire et, plus particulièrement, a pu présenter son art dans une exposition.

 

 



Don Baldemar a toujours aimé peindre, mais il n’a jamais eu l’occasion d’exposer ou être reconnu.

Alors quand il a appris qu’il allait pouvoir exposer ses œuvres, il était enchanté et très reconnaissant.

Peindre de tout
Plusieurs personnes ont assisté à son exposition et ont emporté un dessin d’un style particulier.

Don Baldemar peint de tout, des animaux, des paysages aux nus et aux autoportraits.

Peindre de tout
Plusieurs personnes ont assisté à son exposition et ont emporté un dessin d’un style particulier.

Don Baldemar peint de tout, des animaux, des paysages aux nus et aux autoportraits.

 

 

Des histoires comme celle de Don Baldemar méritent d’être racontées. Car s’il y a une chose que chacun sur cette planète mérite, c’est la dignité et le respect. Et nous avons tous le droit de rêver, c’est une chose que personne ne pourra jamais nous enlever.

Les réseaux sociaux peuvent faire beaucoup de mal, ils nous déçoivent souvent en nous amenant à croire que certains ont une vie parfaite. Mais les réseaux offrent aussi beaucoup de choses positives. Ils contribuent à nous unir et à nous soutenir mutuellement alors qu’il était difficile de le faire auparavant.



Source :
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail