Un jeune médecin parcourt la France en camping-car pour prêter main-forte à ses confrères

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Un jeune médecin parcourt la France en camping-car pour prêter main-forte à ses confrères

Martial Jardel, un jeune médecin généraliste fraîchement diplômé, a décidé de parcourir la France au volant de son camping-car. Son but : effectuer des remplacements, au gré des besoins de ses confrères. Cette initiative, très appréciée de ces derniers, devrait se conclure en août 2021.

« Le premier jour est toujours un jour difficile »


« Le fond du métier est le même mais la forme change toujours », résume bien le projet dans lequel s’est lancé le médecin généraliste Martial Jardel, ainsi qu’il le précise à France 3 Hauts-de-France. Après avoir terminé son internat et plutôt que de travailler dans son propre cabinet, l’homme a décidé de sillonner la France. Au total, onze étapes jalonneront son périple, toutes ses vacations étant déjà planifiées.

Martial Jardel en convient : « Le premier jour est toujours un jour difficile. » Cependant, pleinement conscient de cet obstacle, le docteur n’en est pas découragé le moins du monde. « C’est une difficulté que je connais et qui fait partie du projet », renchérit-il avant d’ajouter : « On arrive dans un nouveau cabinet, avec un nouveau fonctionnement, de nouveaux patients, de nouvelles manières de travailler. […] C’est passionnant de stimuler un peu ses capacités d’adaptation. » Il déclare encore : « Pour l’instant, j’ai pu remarquer qu’il n’y a pas une structure qui est identique. J’essaye ainsi de grappiller les bonnes idées à chaque endroit où je vais. »

« Cela nous permet de souffler »

Si la démarche de Martial Jardel est grandement appréciée par ses confrères, elle est d’autant plus précieuse en cette période de crise sanitaire. « Quitte à remplacer des médecins, autant les remplacer durant cette période difficile. Moi, je suis tout juste jeune diplômé, je me suis dit : c’est le moment d’aller prêter main-forte », admet le jeune homme. François Chapelet, l’un des médecins généralistes que Martial remplace, explique que « depuis septembre dernier, on ne trouve plus de remplaçants. On est donc bien contents que Martial vienne nous rendre service. Cela nous permet de souffler ».


De surcroît, Martial Jardel en profite pour mêler l’utile à l’agréable et reconnaît les bons côtés de l’initiative, à savoir : « Découvrir le pays, des manières de travailler différentes », ainsi que le rapporte encore France 3. Sans compter que cela lui « permet de [s]’affranchir de la problématique du logement », un gain de temps considérable, et qui plus est lorsque les territoires sont isolés. « C’est que souvent il n’y a pas de logement accolé au cabinet. Moi, désormais ça m’est égal, j’ai mon logement, je loge où je veux », conclut-il.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail