Un maire de Gironde brandit un couteau dans une cour de récréation, des parents portent plainte

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le maire d’une petite commune de Gironde est entré dans une école primaire et y a brandi un couteau, menaçant les enfants de crever leur ballon. Des parents évoquent auprès de Sputnik un épisode traumatisant pour les enfants.

À Laruscade, petite commune près de Bordeaux (Gironde), l’école primaire jouxte la mairie de Jean-Paul Labeyrie, lequel ne semble plus supporter le bruit des enfants. Ce lundi 10 mai, l’édile a perdu son sang-froid: il a débarqué dans la cour de récréation, y a brandi un couteau et menacé de crever le ballon. Des parents font à présent état du traumatisme des enfants et sont allés porter plainte.


«Donne-moi ton ballon, je vais te le crever», a-t-il lancé en s’adressant à l’un des enfants, d’après le récit de la grand-mère de celui-ci à Sputnik.

«Il a sorti un couteau de sa poche, une lame de 10 centimètres […] à moins d’un mètre du visage de mon petit-fils», assure-t-elle.
Le maire est ensuite reparti dans son local «comme si de rien n’était».

Les faits ont été rapportés à la direction de l’école, puis aux parents lorsqu’ils sont venus récupérer leurs enfants. Ces derniers ont décidé d’aller porter plainte à la gendarmerie. Les enfants y ont été auditionnés séparément, livrant une même version des faits, affirme-t-elle. Au moins cinq plaintes ont été déposées. Contactée, la gendarmerie de Saint-Savin, où élèves, parents et enseignants ont été auditionnés, n’a pas souhaité faire de commentaires.

Quatre jours d’ITT
L’écolier directement menacé par le maire, a reçu «quatre jours d’ITT». Un enfant déjà «victime de phobie scolaire», précise la grand-mère. «Les nuits sont très agitées, il demande chaque jour s’il y a école», ajoute-t-elle, appelant à ne pas minimiser la situation. «Qu’on soit maire ou pas, une arme blanche dans une école primaire, c’est très grave», insiste-t-elle.


Faits précédents
Toujours selon la grand-mère, ce n’est pas la première fois que le maire fait preuve de violences envers les enfants. Alors que ces derniers jouaient au ping-pong, il s’est emparé d’une raquette et a tapé sur la tête de l’un d’eux, a écrasé le pied d’un autre en le menaçant. L’année dernière, il a giflé deux jeunes dans le village, «un autre est passé en scooter, il l’a carrément cravaté», précise-t-elle.

«Il se promène avec son chien dans la cour de l’école sans masque depuis un an», renchérit-elle, «son chien fait ses besoins dans la cour de l’école».
Un autre parent que nous avons contacté nous confirme ces faits, ajoutant que le maire a fait l’objet de plusieurs rappels à la loi par le passé. Certains parents ont ainsi décrit l’épisode de lundi ainsi que les faits précédents dans un courrier adressé à l’inspection académique et à la gendarmerie.

Destitution
«Nous voulons que le maire soit destitué, et qu’il ait l’interdiction de pénétrer dans l’école», réclament les parents, affirmant que «les enfants ne se sentent plus en sécurité».

«Ce monsieur se permet de faire des abus de pouvoir, que ce soit au niveau scolaire ou au niveau de la communauté», commente la maman d’un élève.
Les parents envisagent de lancer une pétition dès lundi, avec un potentiel blocage de l’école afin de faire réagir les autorités sur le comportement de l’élu. Selon nos informations, ce dernier est auditionné ce vendredi à la gendarmerie de Blaye (Gironde), laquelle n’a pas souhaité nous informer du déroulement de l’enquête.



Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail