Une adolescente boulimique et anorexique qui ne pesait que 35 kg retrouve la vie grâce à l’haltérophilie

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

(Caters News)

Ellie Makin affirme que ce sont des régimes alimentaires sains et des programmes d’exercices qui l’ont aidée à vaincre ses troubles alimentaires potentiellement mortels, alors qu’elle ne pesait que 35 kg à son plus bas.

La jeune fille de 17 ans passait des heures à courir sur une machine chaque semaine dans le but de « rester mince ».

Mais après avoir subi un accident vasculaire cérébral en raison de la dégradation de sa santé et de sa charpente squelettique il y a plus d’un an, Ellie dit avoir été étonnée de voir surgir sa volonté de se rétablir.



Ellie peut maintenant soulever jusqu’à 300 kg avec ses jambes et 150 kg avec ses hanches.

Se souvenant de ce qui l’a conduite à l’obsession de la perte de poids, Ellie a raconté qu’elle avait été victime d’une « humiliation par rapport à [sa] graisse » lorsqu’elle avait environ 10 ans.

J’étais dans un parc boisé, je jouais et un garçon m’a dit : « Dégage de là, espèce de grosse pleine de lard », a-t-elle raconté. « Ce commentaire est toujours resté dans mon esprit.

« Les enfants à l’école avaient aussi l’habitude de me taquiner régulièrement à propos de mon poids, alors un mélange de ces choses m’a fait décider que je devais perdre du poids.

J’ai donc commencé à manger moins, et au fur et à mesure que le temps passait et que je commençais à perdre du poids, je mangeais de moins en moins jusqu’à ce que finalement, je ne mange plus pendant des semaines. »

Elie a dit qu’elle avait un abonnement à une salle de sport depuis l’âge de 13 ans.

Cependant, après être tombée dans le piège des troubles alimentaires, elle a « utilisé de manière obsessionnelle la salle de sport » pour l’aider à perdre du poids à la place.



« J’allais à la salle de sport sept jours sur sept et je me concentrais sur le cardio, pour brûler les calories et les graisses », a-t-elle déclaré.

« Je courais et nageais principalement, et j’avais un objectif à atteindre à chaque fois. Je ne sortais pas de la piscine avant d’avoir fait au moins 100 longueurs.

Je survivais grâce à des menthes sans sucre et des cocas pour tenir le coup pendant les semaines où je ne mangeais pas. »

Elle ajoute : « Cependant, après m’être affamée pendant des semaines, j’ai pris conscience du fait qu’il existait un moyen de manger et de m’en débarrasser en me faisant vomir. »

Cette façon peu judicieuse de se débarrasser des calories supplémentaires a poussé Ellie à développer la boulimie, un trouble alimentaire psychologique où les personnes se gavent et se purgent ensuite en se faisant vomir ou en utilisant sans discernement des laxatifs.

« Cela a commencé parce que j’avais un désir tellement fort d’être maigre, mais à la fin, je ne pouvais tout simplement pas arrêter ou contrôler mes habitudes », a-t-elle déclaré.

 

Lors de sa dernière année du lycée, en janvier 2019, Ellie a décidé de demander de l’aide pour ses troubles alimentaires.

Cependant, elle affirme que les médecins l’ont renvoyée et lui ont dit qu’elle n’était pas assez malade pour recevoir de l’aide.

Ellie dit qu’elle s’est sentie impuissante et que le fait d’être rejetée l’a fait sombrer encore plus dans sa spirale descendante.

« Cela n’a fait qu’aggraver mon état, car j’avais l’impression de demander de l’aide et qu’on me disait que je ne pouvais pas en avoir », a-t-elle déclaré.

« Je me sentais sans importance, alors je me suis complètement repliée sur moi-même et mes crises de boulimie et de purge ont augmenté. »



Son état s’est aggravé au moment de ses examens de fin d’études secondaires.

« Je mangeais beaucoup à cause du stress, puis je me faisais vomir pour ne pas me sentir coupable de manger », dit-elle.

« C’était de pire en pire et je perdais rapidement du poids. Pendant une séance de boulimie, je consommais environ 4 000 calories et buvais au moins trois litres de boissons gazeuses par jour.

« Puis je me forçais à être malade et à évacuer tout ça de mon organisme. »

En octobre 2019, Ellie était devenue gravement fragile et, en raison d’un déséquilibre de ses électrolytes dû à ses purges excessives, elle a subi un accident vasculaire léger.

Elle a perdu toute sensation dans son corps et ne pouvait plus du tout bouger.

Elle a été transportée d’urgence à l’hôpital et a dû y passer la nuit. Après avoir eu peur pour sa vie, Ellie a décidé de changer de vie et de se lancer dans un voyage vers la guérison.

« Je voulais arrêter.

Je ne voulais pas continuer à faire subir cette douleur à moi-même, à ma famille et à mes amis », a-t-elle déclaré. « Je me suis mise à l’haltérophilie pendant mon rétablissement.

J’avais l’habitude d’utiliser la salle de sport pour m’aider à devenir plus mince, mais maintenant je peux l’utiliser pour m’aider à me reconstruire.

« Je deviens plus forte chaque jour et je suis maintenant capable de soulever des poids qui sont environ cinq fois plus lourds que mon poids actuel.

« J’étais déterminée à me rétablir moi-même.

J’ai donc trouvé un diététicien, qui m’a conseillé et m’a fait un suivi, mais j’ai fait tous mes plans de repas et mes boissons nutritionnelles moi-même.

« Après avoir commencé à corriger mon alimentation et à reprendre des forces, j’ai pu forger une relation plus saine avec la salle de sport.

C’est là que j’ai trouvé ma passion pour l’haltérophilie.

« Cela a été incroyable de redécouvrir mon amour pour ce sport et de me concentrer sur l’haltérophilie.

Cela a vraiment stimulé ma guérison, car je me muscle et je deviens de plus en plus forte. »

Elle a ajouté : « Avec mes ischio-jambiers, je suis maintenant capable de soulever 300 kg. Je suis très fière de moi.

« Je peux maintenant considérer la nourriture comme un carburant pour m’aider à progresser dans l’haltérophilie et continuer à devenir plus forte.



« Cela fait maintenant neuf mois que je suis rétablie et je me sens incroyablement bien d’avoir pu faire cela toute seule et de m’être découvert une nouvelle passion.

« Je me sens si fière et si forte. J’ai hâte de voir les progrès que je vais faire en haltérophilie et de gagner encore plus de force.

« Je sais que je suis capable de tout maintenant. »

Source : theepochtimes

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail