Une étudiante laissée sans-abri ne pouvait que dormir dans son école, mais elle réussit à obtenir son…….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une étudiante britannique surdouée a surmonté d’incroyables obstacles en étant une adolescente sans-abri tout en continuant son parcours scolaire ; elle a obtenu son diplôme de l’université de Liverpool.

Sarah Brunsdon n’avait que 15 ans lorsque sa famille a éclaté et qu’elle s’est retrouvée sans domicile pendant sa scolarité.



Pendant un temps, Sarah, qui vit aujourd’hui à Rainford, s’est débrouillée en faisant du couch-surfing avec des amis plus âgés et a même trouvé refuge entre les murs de son école pour y dormir.

Lorsque le personnel a appris que Sarah était sans-abri, ils l’ont aidée à intégrer un programme appelé Powerhouse Liverpool, qui propose « un logement temporaire accompagné pour les jeunes âgés de 16 à 21 ans », peut-on lire sur son site Web.

Malgré les difficultés qu’elle a rencontrées, la jeune et brillante étudiante a réussi à obtenir un A+, cinq A et quatre B à son brevet, mais elle était désemparée de n’avoir obtenu qu’un A en anglais ; elle en a découvert la raison plus tard.

« J’avais mal dormi la veille de mon examen d’anglais, j’étais donc complètement épuisée et j’ai oublié de remplir une partie du contrôle.

« C’était une copie recto-verso. À la fin de l’épreuve, un de mes amis est venu me voir et m’a dit : ‘Pourquoi n’as-tu pas retourné la page pour faire la dernière partie ?’

« J’étais terrifiée. J’ai dit : ‘Quelle dernière section ?’ »



Sarah a vécu dans différents placements pendant ses années d’école. Ce n’est que lorsqu’elle s’est inscrite à un parcours de formation d’anglais à l’université de Liverpool qu’elle a enfin trouvé un endroit à elle.

« C’est lorsque je suis arrivée à l’université que j’ai pu sortir du sans-abrisme », dit-elle.

Ayant trouvé un toit au-dessus de sa tête, Sarah est reconnaissante.

« Aujourd’hui encore, chaque fois que je prends une douche chaude, je me sens reconnaissante. Il y a eu une période de ma vie où je n’avais pas accès à ce genre de choses », dit Sarah.

« Je me souviens d’avoir descendu le chemin Smithdown avec mon amie, qui logeait également à la Powerhouse, et nous sommes littéralement entrées dans chaque magasin du coin pour voir si le pain était moins cher parce qu’il nous manquait 10 pence pour une miche. »



Maintenant qu’elle est diplômée de l’université de Liverpool, elle est retournée à la Powerhouse en tant que professionnelle offrant son aide aux jeunes dans le besoin.

« Nous avons eu beaucoup de réunions là-bas, c’était étrange, mais c’était aussi un sentiment d’émancipation d’y retourner en tant que professionnelle pour soutenir les jeunes qui y vivent présentement », a-t-elle confié à l’ECHO.

La brillante étudiante vise désormais un master et a lancé une page de crowdfunding pour aider à faire de ce rêve une réalité.

Elle espère devenir avocate pour les condamnés à mort, notant sur sa page de crowdfunding qu’un condamné à mort sur dix est innocent.

En 2020, elle a rejoint l’organisation caritative LifeLines qui se lie d’amitié avec les prisonniers du couloir de la mort aux États-Unis et qui permet d’établir des relations de correspondance avec les condamnés.



Source
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail