Une maison de retraite sépare un couple après 73 ans de vie commune… Leur fille exprime sa colère!

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Audrey Goodine est âgée de 89 ans tandis que son mari, Herbert Goodine, a lui 91 ans. Cela fait quasiment 8 décennies qu’ils sont ensemble, et très exactement 69 ans qu’ils sont mariés. Aujourd’hui, ils vivent ensemble dans une maison de retraite, cependant ils ont appris une terrible nouvelle à quelques jours de Noël.

Les dirigeants de l’établissement qui les hébergent actuellement, la Villa Victoria, leur ont en effet annoncé qu’après 3 trois passé ensemble dans la même maison de retraite, ils allaient devoir être séparés. En cause, le bilan médical de Herbert. Celui-ci est en effet atteint de démence, et malheureusement son état a empiré ces derniers mois. L’administration a donc décidé de la déplacer vers un établissement plus adapté… signifiant la séparation forcée du couple. Mais après avoir vécu 73 ans ensemble, cela résonne comme une sentence.

C’est par e-mail que Dianne Phillips, la fille de Audrey et Herbert, a appris la nouvelle. « J’ai lu le message plusieurs fois tant j’avais du mal à croire qu’on puisse être aussi froid et cruel une semaine avant Noël. J’ai fait la demande qu’on prolonge la résidence de mon père jusqu’à la fin de la semaine. Mais elle est restée sans réponse. »

A la Villa Victoria, il est avant tout question de la santé des patients. Sa directrice Jennifer Eagan explique : « A ce stade, je dois suivre les règles fixées par le gouvernement. A vrai dire, nous serions hors-la-loi si nous ne suivons pas ces règles. » Herbert doit en effet désormais résider dans un établissement classé niveau 3 alors que la Villa Victoria est, elle, niveau 2.

Selon leur fille cependant, la maladie de son père étant toujours à un stade peu développé, il devrait pouvoir séjourner plus longtemps auprès de sa femme. Elle souhaite que les institutions médicales comme la Villa Victoria soient plus sensibles à ce genre de cas. « Je crois que les gens ont besoin de savoir dans quel système imparfait nous vivons. Deux mots le décrivent : ‘immoral’ et ‘cruel’. » écrit-elle.

 

 

Source : vonjour

Crédit photo : capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail