Une mère atteinte d’un cancer du sein « incurable » opte pour des traitements alternatifs et voit sa tumeur diminuer

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

(Avec l'aimable autorisation de James Sherris)

Une mère britannique combattant un cancer du sein « incurable » s’est tournée vers les thérapies alternatives.

Elle a connu un certain succès, car elle a vu sa tumeur diminuer depuis qu’elle a commencé un régime végétalien strict tout en y ajoutant des vitamines, de l’huile de cannabis CBD et des injections de gui.

Holly Sherris, d’Ingleby Barwick, dans le North Yorkshire, espère pouvoir passer le plus de temps possible avec sa fille de 3 ans.

Elle espère aussi qu’en partageant son histoire, d’autres personnes seront encouragées à s’autocontrôler, à demander un avis médical et à bénéficier d’un diagnostic précoce.


Holly, âgée de 28 ans et propriétaire d’une école de danse, a reçu un premier diagnostic de cancer du sein triple négatif en 2017. À l’époque, elle était enceinte de cinq mois.

« Si elle n’avait pas été enceinte, nous ne l’aurions peut-être pas découvert et cela aurait pu être bien pire », a dit son mari James, âgé de 35 ans, au Daily Mail.

Quelques semaines avant le diagnostic initial d’Holly, alors qu’ils étaient en vacances à Ibiza, ils avaient remarqué que quelque chose n’allait pas.

« Elle a ressenti quelque chose d’un peu inhabituel et, en tant que jeune femme, elle est allée se faire examiner », a dit James, qui travaille pour un concessionnaire de voitures Mini.

Le couple a été surpris et effrayé en apprenant le diagnostic du cancer du sein d’Holly.


« Elle a subi une chimiothérapie pendant sa grossesse, a dit James, ce qui est assez effrayant en soi ; ils nous ont assuré que le bébé irait bien, mais on ne sait jamais. »

Holly a subi une mastectomie et a enduré huit mois de radiothérapie et de chimiothérapie à l’hôpital universitaire de North Tees.

Elle a mené sa grossesse jusqu’à 35 semaines. Au milieu de son traitement, elle a donné naissance par césarienne à une fille en bonne santé, qu’ils ont appelée Harper.

Holly a été extrêmement courageuse, réussissant à travailler et à diriger son école de danse pendant son traitement tout en étant une nouvelle maman », a confié James au site d’information Teesside Live.

Holly étant finalement en rémission, le couple s’est marié en novembre 2019. Pourtant, ils ont reçu un coup dévastateur à peine sept mois plus tard.

Une fois de plus, Holly a senti que quelque chose n’allait pas, cette fois sur son sternum.

Le cancer était de retour : « incurable, inopérable, mais traitable » cette fois. On lui donne environ deux ans à vivre.

Le jour du deuxième diagnostic, James a été invité à reprendre le travail après avoir été mis à pied en mars.

« C’était un peu comme une épée à double tranchant », se souvient-il.

« Je voulais retourner au travail pour gagner de l’argent, mais je voulais aussi être à la maison avec Holly. »

Le couple a félicité le NHS (système de la santé publique du Royaume-Uni) pour avoir administré un plan de traitement rapide malgré les exigences de la pandémie.

Mais, en septembre, la chimiothérapie ne fonctionnant pas, Holly a commencé à explorer des approches alternatives : elle a arrêté l’alcool, a commencé à prendre des comprimés de vitamine C et de l’huile de CBD et a commencé un régime végétalien strict à base de jus.

Elle a également suivi une formation pour s’appliquer une thérapie par le gui, une pratique qui consiste à s’auto-injecter du gui tous les trois jours.


Les comprimés de chimiothérapie, qu’Holly continue de prendre, ont permis de réduire le nombre de visites à l’hôpital pour la nouvelle maman dans un contexte de distanciation sociale.

Lors d’un examen effectué en janvier, le couple a été stupéfait. « La tumeur semblait avoir diminué à la suite de ces efforts », a dit James.

« Elle est évidemment toujours là, mais c’est bon et vraiment positif si l’on compare aux résultats du passé. »

Les thérapies alternatives d’Holly, qui ne sont pas proposées par le NHS, coûtent au couple l’équivalent de plus de 2000 euros par mois.

Holly, qui a récolté plus de 14 000 euros pour l’unité du sein de l’hôpital universitaire de North Tees en organisant un marathon de danse, a également lancé une page de financement participatif avec James pour obtenir du soutien pour son traitement en cours.

En moins de 48 heures, ils ont récolté suffisamment d’argent pour acheter une année de thérapies alternatives.

À ce jour, le fonds a dépassé son objectif de 30 %.

« C’est incroyable », a dit James. « Nous avons été surpris par ce soutien incroyable, nous sommes très émus.

Nous avons eu un peu de chance, alors tout va bien. »


James et Holly espèrent que son diagnostic précoce et ses traitements alternatifs lui permettront de vivre le plus longtemps possible avec leur nouvelle famille.

Source : theepochtimes.com

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail