Une photographe sensibilise sur les animaux morts accidentés sur la route

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Une photographe sensibilise sur les animaux

morts accidentés sur la rou

 

 

 

Comme ce renard, de nombreux animaux sont victimes de la route qu’ils traversent…

Peinée d’apercevoir des cadavres le long de la route départementale entre Foix et Saint-Girons (09) qu’elle emprunte régulièrement, une photographe ariégeoise passionnée d’animaux a décidé de les prendre en photo… pour appeler les automobilistes à davantage de prudence.
Un message relayé par 30millionsdamis.fr.

Je souffrais trop de passer sans rien pouvoir faire !

Cela fait 6 mois que Raphaëlle Kaufmann, jeune photographe de bientôt 26 ans, passe tous les jours par la D117, une route limitée à 80 km/h, qui traverse le parc naturel des Pyrénées ariégeoises.

C’est une route très fréquentée par les voitures et les camions puisqu’elle relie Foix à Saint-Girons, explique l’Ariégeoise. Régulièrement, je voyais des animaux morts sur le bord de la route ou en plein milieu.

Il m’est arrivé d’en déplacer mais je me sentais impuissante face à ce constat.

C’est alors que j’ai décidé de les prendre en photo. Ce n’est pas pour culpabiliser les automobilistes, c’est pour sensibiliser. Il n’est pas si difficile de faire plus attention au volant.

©Raphaëlle Haufmann
©Raphaëlle Haufmann
©Raphaëlle Haufmann

 Incapable de fermer les yeux devant la souffrance animale 

 

Renards, chats, hérissons, blaireaux ou autres oiseaux… Les clichés de ces animaux victimes de la circulation sur cette route montrent parfaitement la violence d’une cohabitation difficile entre la faune et les automobilistes.

Je suis incapable de fermer les yeux devant la souffrance animale, souligne la jeune femme.

 C’est pour ça que je recueille des animaux, c’est plus fort que moi. C’est aussi pour ça que j’ai pris ces photos. Pour faire quelque chose, même une toute petite chose…

 

La route du malheur… et du bonheur

 

La photographe a une relation particulière avec les bêtes, elle qui a perdu sa jument dans un accident quand elle avait 17 ans.

Je pense que ce qui me touche ce sont les animaux abîmés par l’Homme, évoque-t-elle. L’un de mes chats a disparu pendant trois semaines et a parcouru plusieurs kilomètres sur cette même route. On l’a heureusement retrouvéIl y a peu, j’ai récupéré un chien sur le bord de cette même D117.

Il s’était enfui de chez lui.

On a pu le rendre à ses maîtres.

Depuis, Raphaëlle et son compagnon ont eu le bonheur de recueillir un nouvel animal qui coïncidence ? semble lui aussi avoir un sombre lien avec cette départementale :  Laïka, 3 ans, est apparue chez nous à l’aube, en février [2018], raconte la photographe. Elle était en bonne santé et aboyait sans discontinuer vers la route devant chez nous, cette fameuse départementale.

Elle appelait quelqu’un. Je me suis imaginé ses maîtres la laissant là pensant‘Tiens, un parc naturel, ils doivent aimer les animaux…’ Nous ne savons pas grand-chose d’autre de son histoire, mais nous l’aimons.

Et nous avons l’intention de l’emmener avec nous parcourir le Canada, en van.

Et le tout malgré son caractère… et ses 35 kilos.

Un périple que 30millionsdamis.fr suivra avec intérêt !

 

source : https://www.30millionsdamis.fr

Crédits photos : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail