Vaccination contre le Covid-19 : la police a identifié « deux grands types de menaces » sur les stocks de doses de vaccin….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le gouvernement veut accélérer la campagne de vaccination en France.

Les forces de l’ordre sont mobilisées pour assurer la protection des doses de vaccin.

Le vaccin, « c’est l’or liquide de l’année 2020 », analysait il y a quelques jours le président d’Interpol, s’inquiétant d’une « hausse dramatique » de la criminalité liée au début des campagnes de vaccination.



Le premier risque réside dans l’attaque des convoi ou des stocks. Depuis le début de la campagne de vaccination en France, les forces de l’ordre escortent les convois et protègent les bâtiments.

« On a deux grands types de menaces, explique Lola Menahem, porte-parole de la police nationale : la première est liée à l’idéologie, notamment les groupes antivaccins qui pourraient tenter de détruire la marchandise pour empêcher la vaccination, et une autre menace liée à la criminalité organisée, sans cesse à la recherche de profits.

On a des services de renseignement qui identifient les groupes malveillants susceptibles de passer à l’acte et des groupes criminels sont sous la surveillance de la police judiciaire. »

La crainte des cyberattaques
L’autre menace, moins tangible, mais tout aussi inquiétante, c’est celle des cyberattaques.

Plusieurs organismes, notamment l’Agence européenne du médicament, ont été visés ces dernières semaines.



Ces attaques pourraient localement empêcher la vaccination : « Les cyberattaques peuvent avoir des conséquences très concrètes, sur un hôpital par exemple, puisque les systèmes sont pour la plupart informatisés.

Cela peut affecter les systèmes de congélation, les fichiers de patients… »

Quant à la possibilité que de faux vaccins circulent sous le manteau, au marché noir ou sur le darknet, la police n’a reçu pour l’instant que de très rares signalements selon Lola Menahem : « En France, le risque autour de l’achat de vaccins frauduleux est forcément moindre, puisque les citoyens sont très informés du fait que les vaccins doivent répondre à des normes très strictes. Ils vont avoir moins tendance à recourir au marché noir. »

Pour le moment, la police n’a constaté aucun phénomène criminel important autour des vaccins.

Mais plus il y aura de doses en circulation, plus le risque sera grand.

Les autorirés redoutent donc une éventuelle augmentation des actes malveillants dans les prochaines semaines.



Source :
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail