Vaccination : Pourquoi le « collectif citoyen » sur les vaccins est-il si contesté ?….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le « collectif de citoyens » chargés de suivre la campagne de vaccination contre le Covid-19 est critiqué avant même sa mise en place prévue dimanche.

L’exécutif estime que ce comité permettra de rassurer les Français, aujourd’hui peu enthousiastes à l’idée de se faire vacciner.

Dans l’opposition, on dénonce « un coup de com’ du gouvernement ».
Pas encore sur pied mais déjà fustigé.

Le « collectif de citoyens » souhaité par Emmanuel Macron pour suivre la campagne de vaccination contre le Covid-19 sera constitué d’un groupe de 30 personnes tirées au sort (et 5 suppléants) le plus représentatif possible de la société française.

Il vise à répondre aux réticences sur les vaccins et aux interrogations sur la stratégie du gouvernement.

Mais pourquoi est-il si critiqué ?



« Que de la com’, de l’artificiel, du fake »
Pour l’exécutif, ce comité vise en premier lieu à rassurer les Français, aujourd’hui peu enthousiastes à l’idée de se faire vacciner.

« C’était une demande forte du Conseil scientifique depuis plusieurs mois, auquel le président a donné suite.

L’idée est d’associer le citoyen à la campagne vaccinale, jouer la transparence pour obtenir plus de confiance », assure-t-on dans l’entourage de Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.



« Ces citoyens pourront interpeller le ministre de la Santé, Olivier Véran, ou le responsable de la stratégie vaccinale, Alain Fischer », ajoute-t-on.

Mais l’argument ne convainc pas l’opposition. « A quoi servent sincèrement ces 35 citoyens tirés au sort alors que notre pays est en queue de peloton en nombre de vaccins ? A rien.

Que vont-ils dire ? Que vont-ils faire ? C’est de la communication », a dénoncé le député Les Républicains des Alpes Maritimes Eric Ciotti sur BFMTV.

« Du foutage de gueule », qui vise à « faire croire qu’on fait un peu de démocratie », a pesté lundi le député européen EELV Yannick Jadot sur Radio Classique.

« Que de la com’, de l’artificiel, du fake », soupire également Damien Abad, député LR de l’Ain, auprès de 20 Minutes.



« Faire diversion pour masquer leurs défaillances »
Pour l’opposition, la mise en place de ce comité est avant tout une stratégie de diversion, alors que l’exécutif est accusé d’avoir mal géré le lancement de la campagne vaccinale.

« Le gouvernement met en scène ce tirage au sort, qui n’a aucun intérêt scientifique, politique ou démocratique, pour amuser la galerie.

Il vise à faire diversion pour masquer leurs défaillances, comme ils l’ont fait avec la Convention citoyenne », ajoute Damien Abad.



« A chaque fois que le gouvernement a un problème, il crée un numéro vert ou un comité Théodule pour ne pas parler des vrais problèmes », complète l’élu insoumis de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel.

« Les expériences précédentes, lors du Grand débat ou avec la Convention citoyenne sur le climat, ont montré que le gouvernement fera ce qu’il veut du résultat.

C’est une fois encore un coup politicien de la part d’Emmanuel Macron », dénonce l’élu joint par 20 Minutes.

Un angle d’attaque repris également par la députée socialiste Valérie Rabault : « Interroger les citoyens c’est toujours très bien mais il ne faut pas qu’on noie le poisson et que le gouvernement ne nous dise pas comment on va vacciner un million de personnes en janvier », a-t-elle remarqué sur France Bleu Occitanie.

« Une manière de contourner la représentation nationale »
Autre argument utilisé pour critiquer l’initiative, le manque de légitimité démocratique de ce comité citoyen.

« C’est une manière de contourner la représentation nationale, que ce gouvernement dévitalise une fois encore.

Pourquoi ne pas avoir choisi un vrai débat au Parlement, avec des auditions, que l’on puisse jouer notre rôle de représentant de la population ? », interroge Eric Coquerel.

« La démocratie représentative, ce n’est pas se défausser dès que l’on ne maîtrise plus rien, c’est assumer son rôle de représentant du peuple, faire ce pour quoi on reçoit un mandat et une délégation du peuple français », a dénoncé la présidente du RN Marine Le Pen sur Twitter.

De son côté, le gouvernement balaie les critiques.



« Ce comité permettra de faire la transparence sur notre stratégie et permettra de préparer le grand public à la troisième phase de vaccination prévue au printemps prochain », assure-t-on dans l’entourage de Gabriel Attal.

Source :
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail