Vidéo, Olivier Véran perd son sang froid à l’Assemblée nationale, le CH0C…..

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Vidéo, Olivier Véran perd son sang froid à l’Assemblée nationale, le CH0C….

Olivier Véran se trouvait dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale pour discuter épidémie avec les députés. Il est sorti de ses gonds.
Le 3 novembre, lors d’un discours à l’Assemblée nationale, Olivier Véran, ministre de la Santé, avait perdu son calme.

Une perte de contrôle expliquée lors d’une conférence de presse le jeudi 5 novembre.

Habituellement calme et tranquille, le compagnon de Coralie Dubost est devenu incontrôlable quand il a vu à quel point son public se souciait peu des admissions liées au Covid-19 : Je suis allé dans deux pièces de cette unité de soins intensifs.





Dans la première pièce se trouve un homme de 28 ans dans le coma. Dans la deuxième salle, se trouvait un homme de 35 ans en surpoids”, a-t-il déclaré.

Les voix moqueuses ont alors commencé à s’élever, provoquant la colère d’Olivier Véran : “C’est la réalité, Mesdames et Messieurs, si vous ne voulez pas l’entendre, sortez ! C’est la réalité dans nos hôpitaux“, crie-t-il.



Assemblée nationale



Si sa petite amie le soutenait sur Twitter, Olivier Véran ne serait pas revenu au tempérament dont il n’a jamais fait preuve. Cela a été fait depuis son intervention du jeudi 5 novembre.

Un mot de trop
Ayant laissé Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, s’adresser aux Français, c’est au tour d’Olivier Véran de prendre la parole lors de sa conférence de presse hebdomadaire en pleine crise du coronavirus.

Même s’il n’a pas donné de nouvelles mesures restrictives et laissé entrer les premiers résultats du second confinement, il est retourné à sa perte de contrôle survenue au sein de l’Assemblée nationale.



ministre de la Santé



Devant la question d’un journaliste sur le sujet, Olivier Véran a répondu sans hésiter en révélant la raison de cet éclatement : “Il n’y a jamais une raison de perdre son calme, même si elle existe”, commence-t-il.

Lorsque j’ai soulevé la question d’un jeune patient de 28 ans en soins intensifs, celui-ci a eu le droit d’être marqué à sa sortie d’une salle de réanimation, à la suite de quoi un membre du Parlement s’est mis à crier “Il va nous faire pleurer””.

Cette petite phrase a bouleversé Olivier Véran : “J’ai perdu mon sang-froid, je me suis emporté, ça arrive”. La lumière s’est faite.



olivier véran et sa femme



Olivier Véran a lâché prise : le ministre de la santé ne vous a pas écouté avant la deuxième vague ?

Olivier Véran a été seul contre tous ? L’Observateur examine les quelques mois passés entre les deux confins, et signale que le ministre de la Santé ne s’est pas fait entendre lorsqu’il a fait ses recommandations …





Dès le début, elle a été un serpent de mer. Pendant plusieurs semaines, on l’a observé dans la réalité : la deuxième vague de la pandémie de coronavirus a balayé la France.

Emmanuel Macron a donc décidé d’un nouvel enfermement du pays, en version beaucoup plus légère que la première. Toutefois, le gouvernement a souhaité l’éviter à tout prix.

C’était en tout cas le discours du chef de l’État et de son Premier ministre, Jean Castex. Dès la libération du premier confinement, Olivier Véran s’est inquiété… Selon L’Obs, le ministre de la santé se prépare, dès le mois de juin, à “un automne difficile”.

S’il boude (ou est-ce interdit ?) lors des briefings avec la presse, Olivier Véran adresse un message de prévention lors de ses visites ministérielles.



olivier véran ministre



Mais il se sent un peu seul… Le déconfinement a permis de libérer tout le monde, y compris le gouvernement.

L’hebdomadaire évoque à juste titre “le transfert de pouvoir entre les deux gouvernements au début du mois de juillet” et “les ministres en place et les ministres sortants qui se sont embrassés comme du pain au mépris total des gestes de barrière”.

“Olivier Véran a crié vraiment dans le vide”

Bien loin de penser aux “jours heureux” (selon les termes d’Emmanuel Macron), Olivier Véran préconise une “ligne dure” pour freiner l’épidémie, selon L’Obs encore.



Olivier Véran



Problème : il n’est pas suivi. “Olivier Véran a crié dans le vide”, déclare une figure importante de la majorité sous couvert d’anonymat à l’hebdomadaire.

Certains se rendent compte aujourd’hui de l’erreur, mais c’est trop tard. “Oui, il y a un laxisme général”, concède un ministre aux journalistes du magazine.

Nous avons tous apprécié le retour des bons jours, le plaisir d’être ensemble, les vacances. Personne, d’ailleurs, ne respectait les gestes qui gênaient…”.



épidémie les députés covid



Un laxisme qui pourrait avoir causé l’épidémie. Et un second confinement.

Source : maman
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail