voici comment votre employeur va pouvoir vous tester….

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

En début d’année prochaine, les entreprises devraient pouvoir tester leurs salariés, mais sous certaines conditions.

Dans quelques jours, les entreprises pourront tester leurs employés.

Cela avait été annoncé dans le dernier protocole sanitaire, mais sans en préciser le mode d’emploi.



Les modalités devraient être publiées très prochainement par le ministère du Travail, mais Les Échos en dévoilent déjà les contours.

Objectif du gouvernement : « Trouver le bon équilibre entre la volonté de faciliter au maximum les choses pour les entreprises et les nécessités sanitaires », assure-t-on du côté de l’entourage d’Elisabeth Borne.

Tout d’abord, les salariés ne seront pas obligés de se faire tester.

Et les entreprises ne pourront pas enfreindre le secret médical, en communiquant les résultats.

Deux « principes intangibles dans la loi ».

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux avait pourtant demandé une dérogation au motif que cela rend « impossible pour l’employeur qui prend en charge la dépense d’accéder au résultat du test qu’il finance ».

Télétravail, distanciation au bureau, tests… ce que précise le nouveau protocole sanitaire en entreprise

Surtout, aucune campagne de dépistage massif ne pourra être organisée par les entreprises.



Seuls les salariés présentant des symptômes ou étant identifiés comme cas contact pourront être testés.

Le gouvernement met donc fin aux espoirs des employeurs qui espéraient pouvoir tester massivement leur personnel après les fêtes de fin d’année.

Quant aux tests, ils se feront par voie nasale, avec l’intervention de personnels de santé formés.

Une ordonnance, publiée jeudi 3 décembre au Journal officiel, permet notamment aux médecins du travail de réaliser des tests de détection du Covid.

Le patronat avait pourtant demandé la possibilité d’utiliser des tests salivaires, rappellent Les Échos.

Mais le ministère du Travail s’est rangé derrière l’avis de la Haute Autorité de santé, qui recommande de réserver les tests salivaires, moins efficaces, aux personnes ne pouvant être prélevées par voie nasale.

Malgré ces différentes contraintes imposées aux employeurs, le gouvernement espère que la mise en place de tests en entreprise contribuera à l’effort de « contact tracing » et aidera donc à briser les chaînes de contamination.



Source : capital.fr
Crédit photo : Capture d’écran

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail