Voiture folle au nord de Toulouse : la famille de Michel Gistau, tué sur son vélo, vit « un drame et une injustice »

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Michel Gistau aimait la vie plus que tout.Photo reproduction DDM

L’annonce du décès de Michel Gistau, tué par la conductrice, a suscité une vive émotion dans le village de Montberon, au nord de Toulouse.

Cet homme de 64 ans, a vu sa vie brisée dans des conditions tragiques, lors d’une de ses sorties à vélo qu’il aimait tant, tué par une conductrice qui a délibérément foncé sur lui. Il laisse une famille dans la peine.

Sa famille, ses proches, ses amis, sa compagne depuis 32 ans Maïthé Cosma, et sa fille Marina Gistau sont dans une peine insurmontable. Elles évoquent « un homme de la terre, passionné de nature, droit, très protecteur, généreux, qui voulait rendre les gens heureux ».


Mais aussi un homme « très travailleur », celui qui avait fait prospérer son entreprise « Paysage 2 000 » installée à Pechbonnieu.

Homme de caractère, Michel Gistau était très apprécié de beaucoup. Il avait su fédérer autour de lui, sa famille, son quartier, les artisans des villages proches, et de nombreux amis.

« Il était tourné vers les autres, et d’une nature optimiste et pleine d’espoir » précise sa fille qui évoque aussi sa passion du vélo : «elle datait de ses 60 ans quand la famille lui a offert un vélo de course.

Souvent occupé par son travail, cela lui donnait du plaisir et un peu de liberté. Il suivait avec joie le Tour de France.


Michel Gistau s’était aussi engagé dans la politique locale, présent sur une liste aux élections municipales. Dominique Caillaud et ses colistiers le décrivent comme « un homme de convictions, fédérateur, positif, investi dans la vie du village, qui aimait le travail bien fait ».

Le maire, Thierry Savigny, parle d’un homme « agréable, estimé de tous et maintenant regretté ».

La famille soudée, vit ce décès brutal comme « une injustice, pour un homme dont les projets de prendre sa retraite et d’être heureux entouré des siens ont été sabordés. »

Source : ladepeche.fr

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail